Pour recevoir des informations sur mes ateliers d'automassages et la carte de la colonne vertébrale sur la main.

  • Facebook Social Icon

 

Accueil | Qui suis-je |Réflexologie plantaire| Réflexologie occipito-podale | Réflexologie palmaire | Réflexologie faciale - Dien Chan | Tarifs et forfaits |
Histoire de la réflexologie | Témoignages| Le cabinet | Bon cadeau | Me contacter

Histoire de la réflexologie

La réflexologie existe depuis plusieurs millénaires est pratiquée par diverses civilisations : égyptienne, chinoise, indienne, incas, indiens d'Amérique.

 L'Egypte ancienne

Reproduction d'une partie du tombeau d'Ankhamahor

L'histoire ancienne
La plus ancienne trace nous vient d'Egypte ancienne. Dans la  tombe d'Ankhamahor, un physicien très influent de l'ancienne Egypte, faisant partie de la nécropole de Saqquarah, on a retrouvé plusieurs fresques murales datant de 2330 av. J.C. représentant : la circonsion, la naissance d'un enfant, la pharmacologie, l'embaumement. et de ce qui apparaît comme de la réflexologie. Deux personnages sont en train de se faire traiter les mains et les pieds. Les hiéroglyphes signifient : «ne me fais pas mal», le praticien répond : «je ferai en sorte que tu me remercies».​​​​​​​
        La Chine 
 
Sous l'empereur Huang Di, il y a 4500 ans, une forme de réflexologie liée à la pratique de l'acupuncture et la moxibustion existait déjà en Chine. Dans le livre de médecine chinoise, le  "Nei Ching" attribué à Huang Di, il parle de méthode d'examination des pieds.
 
Lors de la période Hao (206 av. J.-CC-200 ap.J.-C.), un médecin du nom de Hua tuo, pratiquait la méthode d'examination des pieds qu'il appelait dans son ouvrage "Hua Tus Mi Ji" le Toa du Centre du pied.
 
Au IVème siècle a.v. J.C, en Chine, un acupuncteur du nom de Wang Wei utilisait les pouces pour exercer une pression profonde sur la plante des pieds afin d'accompagner le travail des aiguilles. D'où le nom« d'acupuncture sans aiguilles » qui est parfois donné à la réflexologie.

L'Inde et le Bouddhisme

Dans la tradition hindoue, les pieds de Vishnu sont richement garnis de symboles. Ils sont le symbole de l'unité de l'ensemble de l'univers ; tous les éléments y sont représentés avec des signes. Nous ne connaissons pas la signification précise de chaque symbole, mais certains points correspondent à des points d'anatomie. De même, on ne trouve pas de localisation d’organes sur les pieds de Bouddha, à proprement parler, mais les signes et symboles utilisés renvoient aux planches que nous utilisons aujourd’hui ; symbole de fertilité, de longue vie... 
 
 

Pieds de Vishnu, Rajasthan, Inde

  Les Indiens d'Amérique

Pieds du Bouddha, Cambodge

De nombreuses tribus indiennes d'Amérique du Nord se soignent traditionnellement par la pratique de la réflexologie plantaire. L'enseignement de cette technique est orale. Jenny Wallace, une indienne Chérokee de la "Blue Bridge Mountain" témoigne, dans l'ouvrage de Christine Issel "Reflexology : Art , science and History", de cet héritage : " Nos pieds marchent sur la terre et, grâce à cela, notre esprits est relié à l'univers". De même, Jim Rolls est un indien Cherokee qui a été initié par son grand-père à la réflexologie. 
L'histoire contemporaine

En Europe

A la fin du XIXème siècle en Grande Bretagne, les neurologues Sir Henry Head et Sir Mackensie ont élaboré une théorie nommée "les zones de Head", dans laquelle ils élaborent des cartographies de correspondance de segments de peau avec des organes internes.
 
En Allemagne, le Dr Alfons Cornelius remarque que le massage d'une zone douloureuse (nommée point de pression) permet de soulager d'autres parties du corps. Il publie en 1902 "Points de pression, leur origine et signification".
 
En 1911, un allemand, Barczewski parle dans son livre de "Reflexmassage" pour désigner une méthode de soin par pression. 

Aux Etats-Unis

Dr. Fitzgerald et la thérapie des zones
 
On attribue généralement au DR. William Fitzgerald le développement et la pratique de la réflexologie aux Etats-Unis. Ses théories sont à l'origine de la réflexologie plantaire que l'on peut qualifié d'occidentale pour la distinguer la réflexologie orientale basée sur la médecine traditionnelle chinoise. 
 
Le Docteur ORL William H. Fitzgerald, découvre qu'une pression exercée sur une partie de la main ou du pied permet d'anesthésier des zones du corps. Dès lors, Fitzgerald établit ce que l'on nomme la « thérapie des zones » : il divise le corps en dix zones longitudinales (5 du côté droit et 5 du côté gauche) qui aboutissent à un orteil ou à un doigt. Ces zones restent la base des cartes de réflexologie actuelles.
 
Le Dr. Fitzgerald découvre que la stimulation de la peau permet d'obtenir une action à distance (une action réflexe) comme l'a fait le Dr Head au XIXème siècle 
 
Le Dr. Fitzgerald transmet ses connaissances au physicien Joe Shelby Riley qui la pratique égamenet sur les oreilles. Il publie plusieurs ouvrages entre 1919 et 1942 et développe la technique en utilisant le crochet. 
 
 
Eunice Ingham
Dans les années 30, la kinésithérapeute américaine Eunice Ingham participe aux recherches du Dr. Riley.  Elle reprend la théorie et l'affine en concentrant ses recherches sur les pieds. Elle vérifia l'emplacement de chaque organe sur le pied en travaillant sur des milliers de cas au sein de l'hôpital St Peterburg à Tampa en Floride. Elle mit au point la cartographie que nous connaissons actuellement. Elle a largement contribué à la démocratisation de la réflexologie. Elle a été poursuivi Aujourd'hui les différentes méthodes de réflexologie plantaire (énergétique ou symptomatique) s'appuient sur les travaux d'Eunice Ingham. ​
 
Lorsqu'elle s'arrêta, à 80 ans, c'est son neveu Dwight Byers qui prit la relève. En 1973, il devint directeur de l'Institut International de Réflexologie (IIR) et se consacra à la pratique et à l'enseignement de la réflexologie. Il existe d’autres écoles et références : chinoise, sud-américaines, tibétaines, etc.

En France

La thérapie des zones du Dr. Fitzgerald

Paul Nogier est un médecin français qui permis le développement de l'auriculothérapie. 

 

Après la visite de quelques patients qui étaient passés chez un guérisseur, Paul Nogier, curieux, s'intéresse à la méthode de celui-ci. C'est ainsi, qu'en 1951 il découvre l'auriculothérapie.

 

C'est une réflexothérapie tégumentaire qui utilise le pavillon de l'oreille comme zone réflexe. Quelques points étaient partiellement connus, mais la découverte réelle revient bien au Docteur Paul Nogier qui émet la première hypothèse et dessine la première véritable carte de localisation des points réflexes publiée en 1956. En 1966, il met en évidence le RAC, Réflexe Auriculo Cardiaque, renommé ensuite VAS par le Professeur Pierre Magnin pour Vascular Autonomic Signal, parfois aussi nommé "pouls de Nogier".

 

Les résultats de ses travaux sont aujourd'hui enseignés et utilisés en Europe, aux États-Unis et même en Chine où est née l’acupuncture. Plus que connus, ils sont même reconnus par l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.).

Aujourd'hui
L'intérêt des médecins pour cette technique s'est progressivement éteint, probablement à cause de la découverte des molécules chimiques telles que les antibiotiques. 
 
Selon les pays, l'usage de la réflexologie est courant ou  toléré. Dans les pays d'Europe du Nord, elle y est considérée comme une thérapie et ​est intégrée dans les systèmes de soin. En Allemagne, il existe un diplôme d'Etat pour pratiquer la réflexologie. 
 
​​​​​​En France, elle est de plus en plus connue et de plus en plus de mutuelles remboursent partiellement ou totalement les séances de réflexologie.
 
Orient/occident
 
Il existe deux approches de la réflexologie : l’approche énergétique (basée sur la médecine traditionnelle chinoise) et l’approche occidentale (s'inscrivant dans la lignée d'Eunice Ingham).
 
Aujourd'hui, la réflexologie mêle couramment ces deux approches :
   . La théorie des méridiens chinois, qui repose sur la circulation des flux énergétiques ;
   . La carte des zones qui permet d'agir sur des points extrêmement précis du corps humain.

 

Réflexologie plantaire, réflexologie palmaire, Réflexologie du visage - Dien Chan, Stress, Détente, Bien-être, Nantes.